21 March 2014 - Despite pledges by the Senegalese government to end child begging and to crack down on the Koranic schools that exploit the tens of thousands of boys, Human Rights Watch (HRW) said in a report released on 19 March that very little has been done.

Published in News in English

The Child Law Resources (CLR) is a comprehensive database to be published in September 2013 on the legal and policy framework concerning children in Africa. Among other things, the CLR will contain international and regional instruments related to children, domestic laws and policies of all African countries related to children, State Party reports submitted to the African Committee of Experts on the Rights and Welfare of the Child and the UN Committee on the Rights of the Child, and the Concluding Recommendations and Concluding Observations from the two committees respectively. The CLR will also provide key publications on children and the law in Africa and thematic summaries of harmonisation of laws on children, which will provide users with quick up-to-date references to the current legal framework on children in Africa.

The CLR will serve as a useful resource to both governments and non-governmental stakeholders in their work on child rights and wellbeing, and will further inform the work of the treaty bodies, as they monitor progress on the promotion and protection of child rights by States Parties.

Published in Uncategorized

 

New international remedy for child rights violations – Engage in the international campaign: get your State to sign and ratify the third Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child on a communications procedure

Tuesday 14 February 2012

On 19 December 2011, the UN General Assembly took a landmark step for children’s rights as it adopted the new Optional Protocol establishing an international complaints procedure for violations of children’s rights.

The new treaty will enable children, or their representatives, claiming that their rights have been violated by a State that is a party to the Convention on the Rights of the Child, the Optional Protocol on the sale of children, child prostitution and child pornography or the Optional Protocol on the involvement of children in armed conflict, to bring a complaint to the UN Committee on the Rights of the Child, the international committee of children’s rights experts, if they have not been able to get remedies for these violations in their countries. In order for a complaint to be reviewed, a State must have accepted the third Protocol.

An official signing ceremony will be held on 28 February 2012 during the UN Human Rights Council, in Geneva, Switzerland. This ceremony will open the third Protocol to signature and ratification by UN Member States. The Protocol needs to be accepted by ten countries before it can be used.

The NGO coalition that has been coordinating the campaign for this new instrument is now turning its efforts to lobbying States to sign and ratify the new treaty at the official ceremony. For the third Optional Protocol to become a tangible reality for children and their defenders, it is crucial that we all join forces. To this end, the coalition has produced template letters for national NGOs and CSOs interested in engaging in this campaign that can be used in their advocacy for the ratification of the new Protocol.

We encourage you to use this template to draft a letter to your State to encourage its signature and ratification of this new instrument for child rights. Please feel free to circulate those letters to your partners.

We also share with you a short version of the Advocacy Toolkit of the campaign where you will find background information on this new instrument as well as an explanation of its key provisions.

Contact:

If you have any question or would like some additional information, please contact Ms Anita Goh, Advocacy Officer, NGO Group for the Convention on the Rights of the Child, Coordinator of the international campaign for the new Optional Protocol,  This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

Key documents:

Template letter from NGOs to Ministries of Justice and Foreign Affairs/Justice l Download l

Advocacy Toolkit – short version l Download l



 

 

 

 

Published in Uncategorized

 

The Special Rapporteur on the human rights of migrants, Mr. Francois Crépeau, will dedicate his first thematic report to the Human Rights Council to the issue of detention of migrants in an irregular situation. The report will be presented at the 20th session of the Council, scheduled for June 2012. In this regard, the Special Rapporteur would like to solicit your inputs and contributions.

The report will outline relevant legal provisions and jurisprudence by international and regional human rights mechanisms. The Special Rapporteur intends to examine, inter alia, the following issues and concerns relating to detention: (i) Justification and reason for detention; (ii) Detention regimes; (iii) Detention conditions and application of legal safeguards; (iv)  Special needs and protection concerns of vulnerable groups of migrants (including children, women, families and migrants with mental health issues). Particular emphasis will be given to good practices of alternatives to detention.

Your contribution and suggestions will be greatly appreciated, including through materials and reports already publicly available that you deem of relevance. Please feel encouraged to distribute this call further among your networks.

Kindly send your input to the Special Rapporteur, no later than 30 January 2012, through the Office of the High Commissioner for Human Rights (Ms. Katarina Månsson at This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it , and Ms. Federica Donati at This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it , tel: + 41 22 917 9127/+ 41 22 917 9496; copying: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it < This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it '; document.write( '' ); document.write( addy_text39222 ); document.write( '<\/a>' ); //--> This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it > ). Thank you.

We would also like to seize this opportunity of highlighting some of the activities by the Special Rapporteur since he assumed his functions on 1 August 2011:

· First oral report to the Third Committee of the General Assembly on 21 October 2011

· End of mission statement and press release on the country visit to Albania (5-13 December 2011):

·
http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=11707&LangID=E <http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=11707&LangID=E>  

· http://www.ohchr.org/en/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=11708&LangID=E <http://www.ohchr.org/en/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=11708&LangID=E>  

· “Dignity has no nationality”: Joint statement with the Chairperson of the Committee on Migrant Workers, Mr. El Jamri, on the occasion of International Migrants Day on 18 December 2011

· http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=11721&LangID=E <http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=11721&LangID=E>  

In the capacity as secretariat to the mandate, we look forward to continued cooperation and partnership with all of you in the common endeavour to further the realization of the human rights of migrants.

Published in Uncategorized

 

Dear Partners,

I take great pleasure in announcing that ACPF will hold its Fifth International Policy Conference on the African Child (IPC) on May 29th and 30th, 2012.

Since 2004, ACPF has organised the International Policy Conference on the African Child (IPC). This is a major biennial event aimed at promoting policy dialogue and providing a platform for leading thinkers, policy makers, practitioners and activists to positively engage and interact on the challenges facing children in Africa and the policy choices that governments could consider to promote children’s rights and wellbeing. Four IPCs have been held so far, on the following themes: The African Child and the Family (2004), Violence against Girls in Africa (2006), Child Poverty in Africa (2008) and Budgeting for Children in Africa (2010).

The Conference is entitled ‘Intercountry Adoption”: Alternatives and Controversies’. The choice of the theme for the Fifth IPC was based on the growing interest in the adoption of children from Africa to other continents, and the ostensible lack of comprehensive regulation on the subject currently prevailing in the continent, which sometimes leads to discrepancies in the system, and abuse or exploitation of children. The situational analysis of intercountry adoption has not been comprehensively documented in Africa, creating a vacuum on the status of the system in the continent.

This calls for a proper inquiry into the subject, from a pan-African perspective. In view of that, ACPF has found it necessary to bring together experts and policy makers at a global level to ponder and reflect on intercountry adoption and the implications of the growing interest in adopting children from Africa.   

For more information on the Conference and registration, please refer to www.africanchildforum.org/ipc

I look forward to your participation at this very important conference.

David Mugawe,
Executive Director, ACPF

 

 

Published in Uncategorized

THEME: "Bilan de la situation de l’abus sexuel  d’enfant en Afrique depuis la première conférence internationale en 2007, tenue à Nairobi, au Kenya

La Palm Royal Beach Hôtel, 12-14 Mars 2012

Document de fond
Introduction et fond

Dans la société traditionnelle africaine, abus sexuel des enfants a été sans précédent. Il peut, cependant, ont été se passe, mais la société dans son ensemble avait créé un système où les enfants étaient protégés par de nombreuses voies, allant de tabous rigoureux centré sur les relations et les modes de vie.

Cependant, ce n'est pas le cas aujourd'hui et la société a été envahie par toutes sortes de défis. Ces défis incluent des familles brisées, le chômage, la surpopulation, la pauvreté abjecte, la pornographie, le VIH / SIDA avec ses misères accompagné, l'état de la norme, la drogue et l'alcool, les conflits et les guerres civiles, l'exploitation des technologies de l'information, entre autres.

Dans les sociétés traditionnelles, les parents n'étaient pas seulement les principaux agents de socialisation pour les enfants, mais ils étaient totalement responsables quand il y avait une indication que les enfants n'étaient pas protégés. Avec le temps, les parents ont abdiqué leurs responsabilités à des amis, des enseignants, des groupes religieux et dans certains cas, à des personnes qu'ils connaissent très peu. Les parents envoient leurs enfants pour les courses de nuit ou à des étrangers, oublieux de ce qui peut arriver. Les quelques études qui se font jour indiquent que certains de ces parents vendent même leurs enfants à la prostitution pour un gain économique.

Basé sur le dessus, le Réseau africain pour la prévention et la protection contre l’abus et la négligence de l’enfant (ANPPCAN) en Septembre 2007 a organisé et tenu la première conférence internationale en Afrique sur l’abus sexuel d'enfant au Kenya. Cette conférence a rassemblé des délégués de l'Afrique et le reste du monde pour délibérer sur les plusieurs sous-thèmes sur l’abus sexuel d’enfant, y compris les connaissances existantes sur l’abus sexuel d'enfant, la prévention de l'abus sexuel d’ enfant, différentes formes de l'abus sexuel d'enfant, les expériences internationales dans le traitement , la prévention et des interventions, le rôle de la politique et la législation dans la lutte contre l’abus sexuel d’enfant et le rôle des médias dans la lutte contre l'abus sexuel d'enfant. Les discussions ont aussi porté sur les meilleures pratiques dans le traitement del’abus sexuel d'enfant, le trafic et la violence sexuelle contre les enfants, la façon de former des partenariats dans la lutte contre la maltraitance d’enfant et le rôle que la communauté peut jouer dans la lutte contre l'abus sexuel d'enfant.

Lors de la conférenceplusieurs observationsont été faites. Il s'agit notamment:
1.Que, globalement,150 millions de filleset 73 millions degarçons de moins de18 ans ont subides rapports sexuels forcésou d'autres formesde violence sexuelle impliquant le contact physique1.
1.De toutes les formesde maltraitance d’enfant signaléen Afriqueun nombre importantont étéles cas d'abussexuel.
2.Quelque part en Afrique, 45% des enfants diagnostiquéscomme ayant étéabusées avaientété abusés sexuellement.
3.Dansune certaine communautéd'Afrique orientale, 49% des filles sexuellement activesd’écoles primairesavaient étécontraints àavoir des relations sexuelles.
4.Pourtant, mêmeces statistiques représententunegrandesous-estimationcompte tenu la grave sous-déclaration et la nature changeante de l'abus sexuel d’enfant..

Rapport mondial sur la violence contre les enfants, 2006

La chose la plus frappante est que cinq ans après le rapportPineiro sur la violence contre les enfantset l'étude du Secrétaire Général des Nations Unies sur la violence contre les enfants, l'abus sexuel d’enfantest resté presque un phénomène normal, avec à peine tous les systèmes en place dans de nombreux pays africains  pour répondre à l'étau.Des enfants continuent d'être victimes d'abus sexuel dans un silence total. En raison du manque de systèmes de protection des enfants, des cas d'abus sont traités d'une manière ad hoc sporadique et la plus désordonnée. Plusieurs fois, le processus de réception et de traitement des cas d'abus est abusif et rétraumatise les enfants et leurs familles. Cela est dû à plusieurs facteurs dont le manque de capacités dans ceux qui sont mandatés pour gérer les cas de maltraitance d'enfant.

La violence sexuelle et l’abus sexuel se produisent dans de nombreuses formes différentes et peuventse produire n'importe où: à domicile, à l'école, au travail, dans la communauté, les soins institutionnels, centres de formation professionnelle ainsi que dans le cyberespace. Dans de nombreux pays en Afrique, la technologie de l'information progresse et met un grand nombre d'enfants à risque, car il y a la pornographie ample dans l'Internet. Des enfants qui ont les ordinateurs et les téléphones mobiles, peuvent non seulement accéder à des sites pornographiques à l'aise, mais ils sont attirés par cette technologie dans l'exploitation sexuelle

Des études montrent que les filles connaissent des taux plus élevés de violence sexuelle que les garçons, bien que dans le passé récent le nombre de garçons est en augmentation. Ceci renforce la domination masculine et entrave l'autonomisation des femmes. Selon lerapport d’UNICEF L’état des enfants du Monde, 2011, les preuvesprovenant de 11 pays en développement montrent une vaste répartition d'expérience de la violence sexuelle ou physique contre les femmes de 15-19 ans, atteignant une hauteur de 65 pour cent en Ouganda. L'acceptation généralisée de la violence sexuelle comme un aspect normal de la vie, en particulier par les enfants, est un grave sujet de préoccupation.

L'abus sexuel des enfants est une forme extrême de violence sexiste qui reflète et renforce les inégalités entre hommes et femmes et compromet la santé, la dignité, la sécurité et l'autonomie de ses victimes. Elle englobe un large éventail de violations des droits humains, y compris les abus sexuels des enfants, viol, violence domestique, les agressions et harcèlement sexuelle, le trafic des femmes et des filles et des pratiques traditionnelles néfastes. N'importe lequel de ces abus conduire à de profondes cicatrices psychologiques, endommage  la santé des femmes et des filles en général, y compris leur santé génésique et sexuelle et dans certains cas, entraîne la mort. En ce qui concerne les politiques, de nombreux pays en Afrique ne peuvent réclamer aucun crédit car ils existent à peine. Des tentatives, d'autre part, ont été faites par certains pays pour mettre en place des lois. Mais le tollé de la part des quelques études qui ont été faites, ainsi que ceux des praticiens dans la protection des enfants, indiquent que la mise en œuvre de la même est un défi. La réalité est qu’en gros les politiques et les lois relatives aux enfants ne sont pas mises en œuvre dans de nombreux pays en Afrique, posant des problèmes dans les efforts de protection de l'enfant.

L'impact del’abus sexuel sur les enfants est dévastateur et nécessite main-d'œuvre qualifiée pour répondre de façon appropriée afin d'obtenir des résultats à la victime. Cette omission est énorme en Afrique où les enfants qui ont été extrêmement violé se retrouvent  avec les fournisseurs de services non qualifiés qui n'ont aucune connaissance de l'abus sexuel et de son impact. C'est une tragédie double  pour les enfants abusés sexuellement dans le continent. On entend des cas où les auteurs  négocient des règlements hors cour avec les parents des victimes, laissant les victimes sans recours. Dans certains cas, les systèmes législatifs sont tellement défectueux qu'elles favorisent les auteurs que les victimes. Pourtant, dans certains cas, des services répondant au cas d’abus sexuels sont très centraliséset difficiles d'accès compte tenu des distancesimpliqués.

La première conférence sur l'abus sexuel d’enfant , tenue à Nairobi, au Kenya en 2007 a élaboré plusieurs recommandations qui ont touché sur les types et les modes d'interventions, le besoin de cohérence entre la recherche, la politique et la pratique, l'autonomisation des enfants, favoriser les liens avec les médias, ladomestication des instruments pertinents, et la promulgation de législations appropriées, l'application des dispositions réglementaires régissant les institutions de garde d'enfants, soutien aux familles pour protéger leurs enfants, entre autres.

Pertinence de la Conférence sur l’abus sexuel d’enfant
Il est maintenant presque quatre ans depuis la première conférence internationale en Afrique sur l’abus sexuel d’enfants'est tenue à Nairobi en Septembre 2007. Pourtant, l'abus sexuel des enfants s'est poursuivie sans relâche. C'est pour cette raison que le bureau régional du Réseau africain pour la prévention et la protection contre la maltraitance et la négligence d’enfant (ANPPCAN)  à travers le Mouvement africain pour la prévention de la maltraitance et la négligence de l’enfant (AMPCAN) à Accra au Ghana ont décidé d'organiser la deuxième conférence internationale en Afrique sur l’abus sexuel d’enfant comme un suivi de la première conférence pour examinerles progrès accomplis vers l'amélioration de la situation des enfants qui sont à risque d'abus sexuel ou ont déjà  été abusé

La Conférence vise à offrir aux intervenants l'occasion de réfléchir sur ce qui a été fait dans les différents pays africains sur l’abus sexuel des enfants depuisla première conférence et également délibérer et partager sur les mécanismes de protection nécessaires et des filets de sécurité disponibles contre l’abus sexuel des enfants. Il vise également à utiliser l’opportunité àmobiliser et de rappeler aux gouvernements, aux communautés et des organisations de la société civile et d'autres sur leur responsabilité de protéger les enfants contre l’abus sexuel d'enfant (CSA) ainsi que de la nécessité d'accélérer les efforts en vue de protéger les enfants contre l’abus sexuel. Il sera en outre rassembler des acteurs, des intervenants, des chercheurs, des  praticiens, des activistes d’enfant, les médias, des décideurs et des donateurs de partout dans le monde entier de partager et d'apprendre les uns des autres sur l’abus sexuel des enfants et des jeunes femmes

La Conférence a les éléments suivants comme objectifs:
1.Evaluer les progrès réalisés jusqu'ici dans les divers pays africains sur la question del’abus sexuel d'enfant.
2. Déterminer l'amélioration de la recherche et la pratique sur l’abus sexuel  d’enfant en Afrique
3.Identifier les questions pertinentes qui entravent ou améliorer les réponses  à l’abus sexuel d'enfants en Afrique
4.Fournir un forum pour l'apprentissage des réponses sur l'abus sexuel d’enfant au niveau mondial

Les sous-thèmes de la Conférence  sont les suivants:
1. Le renforcement des capacités organisationnelles pour gérer l’abus sexuel d’enfant en Afrique
2. Le rôle de la législation et des politiques sur l’abus sexuel d'enfant
3. Stratégies de prévention de l’abus sexuel d’enfant
4. L’abus sexuel d'enfant dans des établissements de soins et d'apprentissage en Afrique
5. Les bonnes pratiques en matière de recherche et la pratique sur l'abus sexuel d'enfant

Sorties de la Conférence:
• Livre des résumés
• L'espace pour vendre des marchandises
• Rapport de la Conférence

Organisation de la Conférence:
• La Conférence prendra la forme de plénières, d'ateliers et de séminaires

À propos des organisations
Le Réseau africain pour la prévention et la protection contre la maltraitance et la négligence d’enfant (ANPPCAN) est un réseau panafricain qui promeut les droits d’enfant et la protection d’enfant en Afrique. Sa mission est d'améliorer, en partenariat avec d'autres, la prévention et la protection des enfants contre toutes les formes de maltraitance, ainsi, s'assurer que les droits des enfants sont réalisés.

L'organisation a été fondée en 1986 à Enugu, au Nigeria, lors de la Première Conférence Africaine sur la maltraitance et la négligence d’enfant dont le thème était le travail des enfantsen Afrique. Il est enregistré comme une organisation non gouvernementale (ONG) internationale et a son siège à Nairobi, au Kenya. ANPPCAN a un statut d'observateur auprès de l'Union africaine (anciennement l’organisation de l'unité africaine, l'OUA depuis 1990) et un statut similaire avec la commission africaine des droits de l'homme et des peuples(ACHPR).

L'organisation a une vaste portée en Afrique, avec 26 chapitres nationaux chacun offrant des services spécifiques aux enfants. Les chapitres nationaux fusionnent pour former un solide réseau de droits de l'enfant en Afrique à travers lequel l'organisation fonctionne des programmes de protection d’enfant nationales ainsi querégionaux.

ANPPCAN mène deux types d'activités, au niveau continental puisque ANPPCAN est un organisme continentale et au niveau national tel que requis par la législation du Kenya. Les activités de l'organisation sont ancréssur la promotion des droits des enfants en Afrique et se divisent en quatre grands secteurs, soit recherche, ladocumentation et lasurveillance, créer un réseau et la création de chapitres et le renforcement des capacités.

Au fil du temps, ANPPCAN a également fait des grandes réalisations dans la promotion des droits des enfants et cela a vu l'organisation  recevoir une reconnaissance internationale. À cet égard, l'organisation a été honoré pour son travail exemplaire sur les enfants et vu décerner le prix de développement de l'enfant de Kellogg, connu comme le Prix Kellogg, (2004) et le premier prix de l’union africaine pour le champion des enfants en Afrique (2006).

Par ailleurs, ANPPCAN possède une histoire longue inégalée du lobbying et du plaidoyer pour les droits des enfants. Cela se fait tant au niveau national et au niveau continental. Dans ce domaine, ANPPCAN ramasse des problèmes immédiats de préoccupation qui touchent les enfants et mobilise les acteurs de délibérer et dechercher des solutionsà un problème (s). Ceci est fait par les forums nationaux et régionaux et internationaux ou des conférences. Des questions telles que des questions telles que l’orphelinage, les enfants des rues, l'abus sexuel d’enfant, l'éducation de la petite enfance et le développement (ECD) del’enfant, des enfants dans les conflits armés, entre autres, ont été discutés et un moyen d'avancer trouvé par de tels forums.

C'est à travers ces forums régionaux qu’ANPPCANa pu faire pression et pousser pour des instruments nationaux et régionaux de protection d’enfant, comme la charte africaine sur les droits et le bien-être de l'enfant(ACRWC). En outredes lois et des politiques spécifique  à une nation ont été promulguées et mises en œuvre afin d'accorder à l'enfant africaine la protection nécessaire.

ANPPCAN s'engage à redoubler ses efforts à fournir des services aux enfants en Afrique et aussi travailler en vue d'assurer qu’un environnement favorable ainsi que l’infrastructure nécessaire, des programmes et des services sont en place, ainsi, présentant aux enfants des possibilités de leur développement intégral.

Le  mouvement africain pour la prévention de la maltraitance et la négligence de l’enfant (AMPCAN)
AMPCAN est une organisation non-gouvernementale enregistrée en 2008 avec une mission d'améliorer le bien-être des enfants ghanéens et à améliorer les opportunités  pour le développement  de leur plein potentiel. AMPCAN envisage une société ghanéenne dans lequel les droits des enfants sont respectés et valorisés. Par conséquent, il travaille en partenariat avec d'autres pour promouvoir les droits des enfants et leur protection de toutes les formes d'abus, de négligence et d'exploitation

Dans la poursuite de cette mission, AMPCAN souligne la sensibilisation, la recherche, le plaidoyer, la participation et des partenariats, en s’appuyant sur un riche bassin de soutien technique et l'expertise du Bureau régional d’ANPPCAN, d'autres chapitres africains,le personnel professionnel  local  et d'autres à mener des initiatives de protection d’enfant au Ghana.

Généralement parlant, AMPCAN vise, entre autres: d'agir comme un centre national pour la protection et la prévention de la maltraitance et la négligence d’enfant; de faciliter la promotion, la défense et le plaidoyer des droits des enfants conformément à l’UNCRC, la Charte africaine sur les droits et Bien-être de l'enfant (ACRWC) &la Loi sur l'enfance, de collaborer et decréer des réseaux avec d'autres organisations ayant la même mission afin de sensibiliser sur l’abus sexuel d’enfant  et les questions de protection d’enfant au Ghana; à fournir une aide juridique et, le cas échéant, institut des litiges pour les enfants victimes d’abus et de négligence ou ceux en conflit avec la loi; d'habiliter les communautés à protéger leurs enfants contre l’abus et la négligence, et à travailler pour s'attaquer aux causes fondamentales de la violence et la négligence y compris la pauvreté.

Des activités actuelles d’AMPCAN comprennent  le travail avec des écoles pour sensibiliser sur les droits des enfants et des approches participatives pour répondre à l'abus et la négligence. Ce travail est effectué à travers le plaidoyer des droits de l’enfant  avec les administrateurs scolaires et les enseignants, les clubs des droits d’enfant pour  des enfants et des jeunes, et l'aiguillage vers des services tels que le soutien juridique, decounseling,des services médicaux et des services de(support services).

AMPCAN esten partenariat avec Children International, le ministère de l'Éducation, PLAN  Ghana et d'autres organisations pour fournir des livres aux écoles dans les communautés vulnérables afin d'enrichir des bibliothèques des écoles et de fournir du matériel scolaire bien nécessaire et l'accès à la technologie mise à jour.

AMPCAN coopère avec le Département de la protection sociale (DSW) dans la régulation des établissements de soins au Ghana, contribuant à l'élaboration et à  l'amélioration des normes minimales applicables aux établissements de soins résidentiels et la politique nationale de l'adoption. Par rapport à cela, AMPCAN a signé un protocole d'entente avec DSW pour surveiller le programme de désinstitutionalisation national avec l'appui de l'UNICEF. AMPCAN est un membre de la commission nationale desorphelins et des enfants vulnérables (OVC) qui fournit une orientation à la programmation et des interventions pour améliorer la situation des enfants vulnérables et des jeunes au Ghana.

AMPCAN est la filiale locale du Réseau africain pour la prévention et la protection contre l'abus et la négligence d’enfant  (ANPPCAN) un réseau panafricain fondée en 1986pour promouvoir les droits d'enfant et la protection d’enfant en Afrique. Grâce à son bureau régional, AMPCAN participe à des échanges professionnels entre 22 Chapitres en Afrique pour le développement des compétences et une formation pratique visant à améliorer les pratiques dans les pays d'origine. L'activité aété soutenue par l'organisation Fredskorpet en Norvège.

AMPCAN participe au Projet Girl Power financé par le gouvernement néerlandais. Le projet vise à apporter des changements significatifs dans les domaines de la protection, l'éducation, la participation et l'autonomisation économique de plus de 15,000 filles et des jeunes femmes au Ghana. Ce projet cible les communautés sélectionnées dans les régions d’Upper West, de l'Est et d'Ashanti au Ghana.

AMPCAN est un représentant reconnu de Child Helpline International et travaille avec d'autres intervenants du Ghana pour renforcer la protection d’enfant et des systèmes d'orientationdans le pays grâce à la réactivation de l’assistance téléphonique aux enfants au Ghana. Des partenairesde ce projet comprennent DOVVSU (police du Ghana), Département de l'enfance, le département de la protection sociale (DSW), Ministère de l'Education, l'UNICEF, les membres du réseau de l’abus d’enfant(CAN), et la coalition des organisations non gouvernementalesur les droits de l'enfant. La téléassistance du Ghana fournira une plate-forme de réponse à l’abus, sans frais, pour les enfants du Ghana d'être entendu et aidé sur l'abus et la négligence à l'aide d'urgence, lienavec les services médicaux, la justice, le conseil (y compris le conseil peer-to-peer), et la mise en réseau des défenseurs des jeunes.

AMPCAN cherche des partenariats d'entreprise en s'attaquant aux causes fondamentales de l’abus et la négligence à travers des interventions participatives qui habilitent des individus, des familles et des communautés afin d'améliorer les revenus, améliorer les compétences parentales et de reconnaître et de respecter les droits d’enfant.

 

Mouvement africain pour la prévention de l’abus et la négligence d’enfant (AMPCAN), Ghana
Adresse de visite: # 200, boulevard Westlands, West Legon, Accra.
Adresse postale: 38 OS, Osu, Accra
Téléphone: 00233302 423239
Site Web: www.ampcanghana.org
Courriel: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
Email pour la conférence: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
Pour de l'aide sur la logistique, l'hébergement, l'itinéraire et des enquêtes supplémentaires s'il vous plaît appelez ou contactez;
Samuel Anaglate
Mobile:             00233 264644997      
Courriel: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it ou Samuel.anaglate @ ampcanghana.org ou This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

 

Lettre d'invitation l Française l

Document d'information l Française

Formulaire d'inscription l Française l

 

Published in Uncategorized

 

It is now almost four years since the First International Conference in Africa on Child Sexual Abuse was held in Nairobi in September 2007. Yet sexual abuse of children has continued unabated. It is for this reason that the African Network for the Prevention and Protection against Child Abuse and Neglect (ANPPCAN) Regional Office through the African Movement for the Prevention of Child Abuse and Neglect (AMPCAN) in Accra, Ghana decided to organize the Second International Conference in Africa on Child Sexual Abuse as a follow up to the first conference to review the progress made towards improving the situation of children who are at risk of sexual abuse or have already been abuse.

The Conference aimed at offering an opportunity for stakeholders to reflect on what has been done in the various African countries on sexual abuse of children since the first conference and also deliberate and share on the necessary protective mechanisms and safe nets available against sexual abuse of children. It also aimed at using the opportunity to mobilize and remind governments, communities and civil society organizations and others on their responsibility to protect children against Child Sexual Abuse (CSA) as well as of the need to accelerate efforts towards protecting children from sexual abuse. It brought together actors, stakeholders, researchers, practitioners, child activists, the media, policy makers and donors from all over the world to share and learn from each other on sexual abuse of children and young women.

The Second International Conference in Africa on Child Sexual Abuse was held in Accra, Ghana on 12 – 14 March 2012. The Conference was organized by ANPPCAN Ghana in collaboration with ANPPCAN Regional Office, Nairobi, Kenya.

The Conference had the following as its objectives:

1. To assess the progress made so far in the various African countries on the issue of Child Sexual Abuse.
2. To ascertain improvement in research and practice on Child Sexual Abuse in Africa
3. To identify pertinent issues that hinder or enhance responses to Child Sexual Abuse in Africa
4. To provide a forum for learning responses on Child Sexual Abuse globally

The Conference sub-themes are as follows:

1. Building organizational capacity to manage Child Sexual Abuse in Africa
2. The role of legislation and policies on Child Sexual Abuse
3. Strategies on Child Sexual Abuse prevention
4. Child Sexual Abuse in institutions of care and learning in Africa
5. Good practices in research and practice on Child Sexual Abuse

Outputs of the Conference:

1. Book of abstracts
2. Space to sell merchandise
3. Conference report

 

Background Document l English l French l

 

 

Published in Uncategorized

 

Re: Call for submissions on child’s right to health

The Convention on the Rights of the Child (CRC) contains legally binding obligations in relation to the right of the child to the enjoyment of the highest attainable standard of health and to facilities for the treatment of illness and rehabilitation of health (art. 24). By virtue of its mandate, the Committee on the Rights of the Child (the CRC Committee) has decided to elaborate a General Comment on the right to health of children under eighteen.

The CRC Committee elaborates its General Comments with a view to clarifying the normative contents of specific rights provided for under the Convention on the Rights of the Child or particular themes of relevance to the Convention, as well as offer guidance about practical measures of implementation. General Comments provide interpretation and analysis of specific articles of the CRC or deal with thematic issues related to the rights of the child. General Comments constitute an authoritative interpretation as to what is expected of States parties as they implement the obligations contained in the CRC.

The General Comment on the right to health will clarify (a) the normative content of the right of the child and adolescent to enjoyment of the highest attainable standard of health, and to facilities for the treatment of illness and rehabilitation in relation to health care services and (b) the legally binding obligations of States parties to the CRC with respect to ensuring the full realization of the child’s right to health. The General Comment will provide a conceptual framework and recommendations for concrete measures and actions required by States Parties, and non-State actors, to fulfil these obligations.

Click here to see the detailed scope and proposed structure of the General Comment.

The CRC Committee welcomes inputs on the child’s right to health, in English, French or Spanish, particularly from interested organizations and individuals who have extensive experience or information on the right to health of children under eighteen. The submissions are invited to address the following questions:

(1) What should be the basic premises for the realization of children’s right to health?
(2) How can the principles of the CRC, in particular articles 2, 3, 6 and 12, be applied to designing, implementing and monitoring interventions to address child and adolescent health challenges and what aspects are specific to a child’s rights approach to health?
(3) What is the normative content of article 24? What are the specific obligations of States under article 24? What are the responsibilities of non-state actors under article 24?
(4) What are the priority concerns in general and in particular regions of the world for the implementation of article 24?
(5) Which concrete measures should be put in place to implement article 24?

The submissions shall not address the content of Article 24.3, which will be covered by a separate joint General Comment/Recommendation currently being produced by the CRC Committee in collaboration with the Committee on the Elimination of All Forms of  Discrimination against Women (CEDAW).

The submissions should be limited to 5 pages and sent to the following email address in Word format by no later than 6 January 2012: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it . All submissions should be accompanied by a brief presentation (1 paragraph is sufficient) on the experience of the submitting individual or organization in the subject matter. The submissions received will subsequently be posted on a webpage dedicated to the General Comment. Please note that the United Nations does not offer remuneration of any kind for inputs into General Comments.

Source: Committee on the Rights of the Child

 

Published in Uncategorized
On 7-8 November 2011 CHI participated in the global conference on child justice in Africa. This conference set to explore issues of children deprived of their liberty within the justice systems in Africa. The conference was held at the Speke Resort and Conference Center in Kampala, Uganda. H.E. Right Honourable Edward Kiwanuka Sekandi, Vice President of the Republic of Uganda was the chief guest, and officially opened the conference on 7 November. A number of key dignitaries were present, including the Chair of the African Committee of Experts on the Rights and Welfare of the Child (ACERWC), Mrs Agnès Kaboré; several members of the ACERWC; Prof. Kirsten Sandberg, member of the UN Committee on the Rights of the Child; Dr Marta Santos Pais, UN Special Representative of the Secretary-General on Violence against Children; and Mr Rifat Kassis, the President of the International Board of Defence for Children International (DCI).

Mr David Mugawe, Executive Director of the African Child Policy Forum (ACPF), worked tirelessly with his team to make the conference a success. The conference was attended by more than 300 participants from 33 countries. CHI was given a platform to speak about the role of child helplines in child justice systems, focusing on the child helplines in Kenya and South Africa. CHI was also a member of the working group/drafting team of the Munyonyo Declaration – a declaration that captured the findings, results, recommendations and actions proposed by the Conference participants. Other organisations represented in the working group of the Munyonyo Declaration were: ACPF, DCI, Save the Children Sweden (Eastern and Central Africa Regional office), Interagency Panel on Juvenile Justice, NGO Group for the Convention on the Rights of the Child, Plan International West Africa Regional Office, and ECPAT/DCI Netherlands. CHI and ACPF signed a Memorandum of Understanding (MoU) in September 2011. The collaboration between CHI and ACPF during the global conference on child justice on 7-8 November 2011 is a clear indication of their ongoing partnership.

Source: Child Helpline International (CHI)
Published in Uncategorized

Pan-African Conference on Celebrating Courage and Overcoming Harmful Traditions

Date:      From 5-7 October, 2011

Venue: the Conference Center of the Commission of the African Union.

Organisers:  African Union Commission with the financial support of GIZ.

We honour our fathers and mothers past – indeed, all of the millions of African fathers and mothers who brought their children up so well in spite of the enormous difficulties they faced over the centuries. We say thank you to you all. And we owe it to you to cherish the good and the positive in African values, while combating those that are harmful and antithetical to the dignity of men and women throughout Africa. We will build on the past - a past for which, we acknowledge, we are primarily responsible for. Through knowledge, analysis, and reflection on who we are and why we are where we are, we hope to serve as the moral voice of Africa’s children, and to build an Africa that can claim its future and assure the rights and dignity of all its people” - Dr. Assefa Bequele

Summary

The Conference was attended by 80 participants from 24 African countries. The participants were mainly from the African Union, policy makers, civil society organisations, human rights activists, lawyers, academics, religious leaders, researchers, members of international NGOs.

The theme of the conference was Celebrating Courage, overcoming harmful traditional practices’. Harmful Traditional Practices (HTPs) are social customs inherited from one generation to another, inseparably connected to the values shared by the community. Unfortunately too many of these practices are in violation with human rights, especially affecting women and children. These include FGM, early marriage, corporal punishment, trokosi, sexual violence and breast ironing, just to mention some.

The objectives of the conference were as follows;

• To promote and protect the rights of women and girls.
• To acknowledge the efforts done and share experiences gained locally and regionally.
• To celebrate the courage of organisations but mainly the courage of women human rights activists who are the leaders in the fight to eliminate harmful practices.
• To examine the legal, social-cultural and religious factors of HTPs in order to make a change in people’s minds.

The conference was by way of plenary sessions on human rights and legal protection of women and girls with regards to HTPs. The sessions highlighted various aspects of positive and negative cultural practices and traditions as well as sexual and reproductive health rights and the challenges faced in combating HTPs. Case studies from Ethiopia, the Gambia and Senegal were discussed, and GIZ shared their experiences on how inter-generational dialogue is used as a tool for bringing change in people’s behaviour. In closing, the movie “Desert Flower” was shown and a framework for action, recommendations and a report of the conference were adopted by participants.

Resources

Statement of the AU Commissioner for Social Affairs l Download l

Best Practices in Africa: Summary of a qualitative study on innovative approaches to overcoming Harmful Traditional Practices l English l French l

Conference Concept Note l Download l

Press Release, 07 October 2011 l Download l

 

Further Information

African Charter on Human and Peoples Rights l Click here l

African Charter on the Rights and Welfare of the Child (ACRWC) l Click here l

Call for Accelerated Action on the Implementation of the Plan of Action towards Africa Fit for Children l Click here l

 

Picture Gallery

{vsig}au_htps_conf_2011{/vsig}

 


 

 

Published in Uncategorized
<< Start < Prev 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Next > End >>
Page 1 of 76

Videos that may interest you

<< Start < Prev 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Next > End >>

Related Events

26 Apr - 11 Jul
02 May - 02 May
12 May - 12 May
15 May - 26 Jun
31 May - 11 Jul
16 Jun - 16 Jun
28 Jun - 30 Jun
01 Sep - 01 Jun
23 Oct - 25 Oct
Copyright © 2015 The African Child Policy Forum. All rights reserved.