Friday, 22 June 2012 11:41

AFRIQUE : Les Etats-Unis appuient une nouvelle stratégie destinée à accroitre la survie des enfants dans le monde

Written by
Rate this item
(0 votes)

 

Lancée il y a 2 mois, une initiative en vue de sauvegarder la vie infantile bat désormais son plein car divers représentants d'organisations religieuses, de groupes d'aide internationaux, d'universités, d'entreprises et pas moins de 80 gouvernements élaborent un plan d'action pour améliorer le taux de survie des très jeunes enfants.



Ces groupes et gouvernements répondent à un « Appel à l'action : survie des enfants » et s'engagent à faire une grande campagne afin de protéger la vie des enfants dans les années pendant lesquelles ils sont le plus vulnérables. Environ 7,6 millions d'enfants meurent avant d'avoir atteindre l'âge de 5 ans, et le plus grand nombre de décès se produit dans un nombre de pays restreint.

Réunis à Washington le 14 juin pour mettre sur pied leur stratégie, les groupes ont écouté la secrétaire d'État Hillary Rodham Clinton leur présenter ce défi.

« Nous sommes tous réunis aujourd'hui car nous partageons la même vision de l'avenir, a déclaré Mme Clinton, c'est-à-dire veiller à ce que tous les enfants, où qu'ils soient, puissent célébrer leur cinquième anniversaire, mais aussi pour éliminer en une génération des décès d'enfants susceptibles d'être évités. »

Mme Clinton a reconnu que cet objectif est ambitieux. Mais les causes de mortalité infantile sont bien connues et les outils de prévention existent. Elle s'est donc montrée optimiste quant à la possibilité d'atteindre cet objectif dans le monde.

L'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a tout d'abord annoncé que les États-Unis avaient l'intention de s'attaquer à cet objectif à la fin du mois d'avril.

L'obligation morale de sauver la vie des enfants existe mais, selon Mme Clinton, il y a également des raisons politiques, économiques et sociales de chercher à atteindre cet objectif. Un taux de survie infantile plus élevé permet aux enfants de devenir des adultes productifs et des citoyens qui contribuent à l'avenir de leur pays.

« À terme, des adultes plus nombreux auront un plus petit nombre de personnes à entretenir, ce qui augmentera les capacités d'investissement des pays et entraîenera une croissance économique durable, a affirmé Mme Clinton. Avec une telle croissance économique durable, le pays sera sans doute plus stable, moins enclin aux crises politiques et plus apte à devenir un partenaire dans la résolution des problématiques mondiales. »

Mme Clinton a brièvement évoqué certains efforts envisagés par les États-Unis pour contribuer à sauver ces 7,6 millions de vies :

- Concentration des initiatives dans les pays où la mortalité infantile est la plus élevée : 80 % des décès infantiles sont concentrés dans 25 pays.

- Ciblage des populations où les enfants souffrent le plus - dans les bidonvilles, les zones rurales ou parmi les groupes opprimés.

- Priorité sur les maladies et les situations qui tuent le plus grand nombre d'enfants, comme par exemple la pneumonie et la diarrhée.

- Étude des grands facteurs économiques et sociaux susceptibles d'être associés à des taux de mortalité élevés, comme par exemple la discrimination sexuelle, raciale ou ethnique.

- Faire de la reddition de comptes et de la transparence des impératifs.

La moitié de ces 7,6 millions de décès sont concentrés dans 5 pays seulement - Inde, Pakistan, Éthiopie, Nigeria et République démocratique du Congo - et qui étaient tous représentés à la réunion de l'Appel à l'action.

Avec les États-Unis et l'UNICEF (le Fonds des Nations Unies pour l'enfance), l'Inde et l'Éthiopie ont organisé conjointement la réunion de Washington qui s'est tenue sur le campus de Georgetown University. Les responsables de ces deux pays ont pris la parole avant l'allocution de Mme Clinton et ont décrit leurs initiatives. Mme Clinton a salué les deux pays pour leur position sans détour sur la question.

« L'Inde et l'Éthiopie sont des pays qui montrent l'exemple car ils intensifient leurs mesures et assument leurs responsabilités et je les remercie de leur partenariat et de montrer la voie », a dit Mme Clinton.

Mme Clinton a déclaré que les États-Unis étaient le plus gros contributeur des programmes mondiaux d'amélioration de la santé infantile et maternelle, de planification familial, de nutrition et d'autres services d'aide sociale. Ces programmes ayant pris de l'ampleur ces dernières années, les responsables américains ont appris qu'un partenariat avec des organisations de tous horizons et l'appui sans réserve du gouvernement hôte sont la clé de la réussite des programmes de développement.

Cet enseignement a également été rapidement tiré par un relativement nouveau venu dans le secteur du développement : l'acteur Ben Affleck qui finance l'Initiative de l'Est du Congo (ECI). Fondée en 2009, ce programme s'efforce d'améliorer le développement économique et social dans l'Est du Congo.

« L'Initiative de l'Est du Congo est menée par des Congolais et par leur résilience et leur détermination à s'engager sur la voie du progrès, a dit Ben Affleck. Quand on voit cela, on se sent inspiré, inspiré d'en être partie-prenante. »

M. Affleck a rendu hommage aux dirigeants congolais présents dans la salle à Gergetown University qui oeuvrent avec l'ECI aux programmes d'amélioration de la santé, de développement et de possibilités pour les femmes.

Augmenter le taux de survie infantile exigera un engagement acharné et constant, a déclaré Mme Clinton, qui a également rappelé aux personnes présentes les grandes victoires de ces dernières décennies dans le domaine de la santé, notamment l'éradication de la variole et l'élimination de la poliomyélite dans le monde, à l'exception de 4 pays. Ce sont des réussites à garder à l'esprit, car la campagne pour mettre un terme aux décès infantiles dus aux maladies évitables continue.

« Nous ajouterons un article de plus sur la courte liste des grandes entreprises de l'homme pour l'homme » si cet objectif est atteint, a ajouté Mme Clinton. « Et nous nous serons engagés sur la voie d'un monde plus stable, plus prospère et plus juste. »

Source : United States Department of State

Read 4110 times