Thursday, 28 April 2016 14:18

BURKINA FASO : Recrutement de 4200 enseignants : La date limite repoussée au 14 mai, et des conditions plus souples

Written by
Rate this item
(0 votes)

27 avril 2016 - Le ministre de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelles était ce mardi 26 avril 2016 face à la presse. Il était question au cours de cette conférence de faire le point de la mise en œuvre du programme « Emplois-jeunes pour l’éducation nationale ».

Initialement prévue pour le 29 avril 2016, la date limite de dépôt des dossiers de candidatures au recrutement de 4200 jeunes pour le compte du ministère de l’Éducation nationale a été repoussée au 14 mai 2016.

Après le lancement du programme « Emplois-jeunes pour l’éducation nationale », il est revenu au ministère de la jeunesse que les potentiels bénéficiaires du programme rencontraient certaines difficultés lors du dépôt de leurs dossiers.
Il s’agit entre autres du fait que les diplômés de Licence 2 ont du mal à avoir des attestations y relatives ; certains des candidats possédant le DEUG II ou la Licence 2 et qui souhaitent enseigner les matières scientifiques ont des difficultés à retrouver leurs attestations.
Certains candidats éprouvent également des difficultés à cause du manque de moyens financiers pour se déplacer dans les régions de leurs choix afin de déposer leurs dossiers.

À toutes ces difficultés, le ministère de la jeunesse a apporté des solutions suivantes :

  • les dossiers sont désormais reçus dans tous les chefs-lieux de régions. Une personne résidant à Ouagadougou peut déposer son dossier au lieu de dépôt indiqué à Ouagadougou pour un poste dans une autre région.
  • les titres d’inscription à la maîtrise seront désormais acceptés pour les candidats ayant une Licence 2 et qui n’ont pas encore leurs attestations ou leurs diplômes.
  • deux lignes de téléphone sont mises à la disposition des candidats pour plus d’informations. Il s’agit du 63 75 75 53 et du 66 55 06 06.

Le Ministre de la jeunesse Jean- Claude Bouda a tenu à préciser que les candidats retenus pour ce programme seront soumis à une formation de six mois sous la conduite de l’École normale supérieure de l’Université de Koudougou (ENS/UK) et l’Institut des sciences(IDS). Après leur formation, ils recevront une allocation mensuelle de 100 000 francs CFA, qui de l’avis du ministre Jean-Claude Bouda est raisonnable. « Il faut vraiment qu’on soit réaliste. Voilà pourquoi on propose les 100 000 francs. Et on pense qu’avec 100 000 francs, un jeune qui s’organise bien ne tombe pas dans la précarité. C’est au- delà du SMIG », précise t- il.

Les candidats retenus devront enseigner trois ans à l’issue desquels un concours d’intégration à la fonction publique sera organisé à leur intention. Toutefois, ajoute le ministre, l’admission à ce recrutement du programme « Emplois-jeunes pour l’éducation nationale » n’empêche pas la participation aux autres concours de la fonction publique.

En rappel, c’est pour lutter contre le chômage des jeunes diplômés que le gouvernement a mis sur pieds le programme « Emplois-jeunes pour l’éducation nationale » qui permettra de recruter en cinq ans, 16 800 jeunes. Selon les résultats de l’enquête intégrale sur les conditions de vie des ménages (EICVM) de 2010, 68% des étudiants sortant de l’enseignement supérieur sont au chômage. Sans doute que le programme « Emplois- jeunes pour l’éducation nationale » contribuera à tirer ce taux vers le bas. C’est en tout cas le souhait du ministre Jean- Claude Bouda de l’emploi.

De Justine Bonkoungou (Stagiaire)

Source : Lefaso.net

Read 6022 times